La fonction respiratoire dans le processus du Jeûne

Par Sophie Campagnie, Praticienne de Santé Naturopathe (agréée FENAMAN et CENATHO).Spécialiste du Jeûne depuis 30 ans ;- Organisatrice certifiée FFJR de séjours de Jeûne et Randonnée (Jeûne Détox et Cie) – Psychothérapeute  (en APO-Analyse Psycho-Organique)

Jeuner, Randonner et Respirer, le trio gagnant !

L’intérêt vital de bien respirer!

Nous pouvons vivre sans manger pendant 30 à 40 jours. Et vivre sans boire pendant 3 à 4 jours (9 maximum) mais nous ne pouvons vivre sans respirer que 3 à 4 minutes en moyenne (record d’apnée d’environ 7 minutes !).

Respirer est donc une fonction vitale et fondamentale qui nous rythme de 14 à 18 fois par minute. Elle se met en place de façon inconsciente mais nous pouvons “prendre la main” de façon consciente dès que nous le décidons.

Respirer pour nettoyer

La vie sédentaire est un frein à la santé, tous les organes travaillent en bas régime et s’encrassent, notre sang s’épaissit. A l’heure du masque, c’est peu de dire que nous nous affaiblissons si la respiration ample et oxygénée dans des lieux aérés et sains n’existe plus à la dose nécessaire.

Alors respirer en jeûnant est un excellent remède pour un retour à la santé simple et efficace.

La marche dans la nature est par essence un moyen de respirer plus profondément, et permets même d’en accroître les bienfaits en cas d’efforts accrus (augmente jusqu’à 6 fois l’efficacité du jeûne en cours). Ainsi lors d’un séjour de Jeûne, on peut se sentir un peu mou ou nauséeux au réveil, alors commencer la journée par des mouvements et des respirations tout en douceur va dégager rapidement les toxines accumulées dans le sang durant la nuit.

La respiration durant le Jeûne potentialise son action ; en effet le corps en nettoyage, plus réactif et plus réceptif, plus tonique aussi permettra d’en vivre les bienfaits tels que :

– Nettoyage des tissus asphyxiés
– Elimination des résidus chimiques et des anesthésiants
– Libération des tensions corporelles
– Déconnexion du cerveau supérieur
– Alcalinisation du sang
– Equilibrage des deux hémisphères cérébraux
– Libération de l’énergie bloquée
– Régulation de la gestion des émotions
– Pacification des pensées
– Prises de conscience

 

La respiration, une fonction à connaître,

les 4 paramètres :

Je propose d’explorer simplement le processus de la respiration ; Il existe 4 paramètres pour en mesurer la qualité :  le rythme, l’amplitude, le lieu et la manière.

Le rythme : respirer lentement et profondément

Ne pas respirer trop vite. Comme manger trop vite, sur le pouce n’apporte pas une bonne digestion des aliments, respirer trop saccadé et insuffisamment ne permet pas d’accueillir la vie.

En observant la Nature, on s’est aperçus que la longévité est proportionnelle à la rapidité de la respiration. En effet, plus notre respiration est rapide plus nous vieillissons vite, constat corroboré par une observation du règne animal :

L’amplitude

Ne pas gaspiller son souffle. Cette notion de capital respiratoire qui est compté est plus connue dans les traditions orientales où l’on insiste sur le fait de ne pas gaspiller sa respiration. Une ventilation trop rapide, du stress, des peurs ou des angoisses diminuent notre capital vie. Il est important de garder une respiration profonde et ample pour réguler et oxygéner complètement le corps.

Le lieu

Ne pas respirer trop haut. On disait des sages qu’ils respiraient par le ventre et des maîtres qu’ils respiraient par la plante des pieds. Cela signifie que plus le point de respiration est bas, plus un individu est dans son point d’équilibre et de sérénité. Plus d’infos sur l’article spécial méditation.

La manière

Ne pas se mettre en apnée. Pour dégager les éléments éthériques de l’Air, il est nécessaire de «mâcher» l’air. Les poumons ressemblent à un arbre renversé, on parle d’ailleurs d’arbre pulmonaire.

Si la quantité d’air absorbée est insuffisante, on ne fait pas entrer l’air jusqu’au fond des poumons, on n’en absorbe que les particules les plus grossières. Mais si on envoie suffisamment d’air pour faire pression sur le diaphragme, en ayant soin de retenir le souffle un instant, une partie des poumons en retire les particules éthériques les plus subtiles pour les diffuser dans l’organisme.

Respirer est aussi un art !

« Seuls, ceux qui ont une respiration profonde se nourrissent vraiment »
Omraam Mikhaël Aïvanhov

Le rythme et l’intensité de votre respiration affectent directement votre état d’esprit et votre santé physique. C’est par la respiration que nous oxygénons notre corps. Pas de respiration, pas d’énergie, pas de vie !

Tous les êtres le font inconsciemment, c’est pourquoi ils sont en vie, mais ils ne le font pas en plénitude.

La question – d’actualité s’il en est – et qu’il faut se poser : est-ce que je respire assez profondément ?

Prenez quelques secondes pour observer ce qui se passe dans votre corps lorsque vous respirez. Où votre respiration prend-elle place ? Au niveau de la poitrine ? Dans votre ventre ? Dans votre dos ? À quel endroit sentez-vous le plus votre respiration ?

Prenez le temps de respirer…